Fête de Saint Jean l'Evangéliste

Publié le par Esh494

Fête de Saint Jean l'Evangéliste

En ce jour de la Saint Jean l’Evangéliste, les statuts de l’Ordre des Chevaliers Maçons Elus Coëns de l’Univers prévoient que les frères se réunissent en banquet en préliminaire duquel ils effectuent une courte cérémonie.

Cette cérémonie, mettant en scène une tête de chevreuil sur laquelle 7 frères viennent porter 3 coups de poignard après avoir eux-mêmes fait le simulacre de se trancher la gorge, la poitrine et les entrailles, peut être considérée comme archaïque, par son aspect sacrificiel, ou dénuée de tout sens spirituel si nous nous arrêtons à sa forme.

Cependant si nous nous aventurions à considérer les 3 coups de poignard portés sur lui-même par l’opérant comme les vices et passions qui affectent l’homme en désorientant ses pensées par le biais d’intellects mauvais, en endurcissant son cœur et en agitant ses sens ; si nous considérions de même les 3 coups portés sur la tête de chevreuil et couronnés du « abrenuncio » comme un sacrifice du corps et un renoncement aux dites passions ; alors nous reconnaîtrions dans cette cérémonie un acte d’expiation, de purification et de spiritualisation de la matière corporelle auquel l’Esprit-Saint n’est pas étranger puisque ce ne sont pas moins de 7 frères qui opèrent.

Alors, quel rapport avec l’Evangéliste ? La tradition patristique dit que venu le temps de sa mort, Jean se coucha vivant dans une sépulture en croix creusée dans le sol et qu’il ressuscita au ciel le jour même de son ensevelissement car son corps ne fut jamais retrouvé dans sa tombe mais qu’une cendre lumineuse la remplissait. C’est ainsi que pour les Pères s’accomplissait la parole du Christ en réponse à Pierre : « Si Je veux qu'il demeure jusqu'à ce que Je vienne, que t’importe ? » (Jean 21, 22)

Jean s’est sacrifié en offrant à l’ensevelissement son corps encore vivant, qui s’éteint une fois recouvert. Il n’a pas été enlevé au ciel tel Elie, ou Adam selon la tradition religieuse et Coën, mais ressuscité ; comprendre que son corps a été réintégré dans sa qualité glorieuse sans qu’il eût à souffrir le long travail de dissolution mais parce que celui-ci avait déjà accompli son expiation et sa purification dans ce monde. D’ailleurs, Jean qui a opéré de très nombreuses résurrections miraculeuses, n’avait-il pas été dans ce monde réintégré dans toutes ses vertus, principes et puissances spirituelles ?

C’est donc peut-être bien cette réintégration des facultés d’opération que les Coëns fêtent en ce jour et ces mêmes opérations spirituelles qu’ils évoquent dans cette prière où ils appellent l’esprit de Jean à se joindre à leur esprit afin de recouvrer, comme Jean, l’intégralité de leurs vertus et puissances pour opérer des œuvres similaires à même de participer à la restauration de la création déchue.

« Je te conjure, ô esprit de Ionan, par toi et par ceux qui sont avec toi, de faire jonction avec mon esprit, mon âme et mon corps et de les présenter à l’Eternel pour qu’il me fasse la grâce que je puisse participer dignement à l’opération sainte que tu as faite pour sa plus grande gloire sur cette surface. amen. »

 

Publié dans Travaux

Commenter cet article