Des deux déluges de réconciliation

Publié le par Esh494

dove-returns-with-an-olive-branch-artiste-et-annc3-copie-1Par le premier déluge, le déluge d'eau, l'humanité fut restaurée dans Noé et sa famille restée seule au sein de l'Arche issue de la pensée de l'Eternel transmise à Noé et mise en œuvre par le patriarche. Noé fait ainsi bien le type du Christ architecte,  agissant de concert avec le Créateur au centre de la première création par la mise en action, par son Verbe de création, des six pensées divines,  produisant ainsi la création originelle qui de ce fait se manifestait sous une forme glorieuse. Ce type divin de Noé nous est présenté par Martinès en ces termes :

« Durant cette époque du déluge, Noé faisait le vrai type du Créateur ; il flottait sur les eaux comme le Créateur avant le débrouillement du chaos, selon les paroles de la Genèse. Le voile aquatique grossier qui couvrait toute la terre et la cachait, pour lors, de la face du Créateur, fait allusion aux cieux surcélestes, que la plupart des philosophes nomment : ciel cristallin, qui sépare le Créateur de la cour divine de sa création universelle temporelle. » (Traité, 122)

 

La corruption fut alors effacée de la terre. L'eau du déluge régénéra la création, devenue matérielle sous l'effet de la chute du premier Adam, en éliminant toute forme matérielle, faisant ainsi le type de la réintégration universelle. La colombe lâchée par Noé revint alors à l'Arche avec un rameau d'olivier, symbole de justice et de paix et signe de la présence de l'Esprit de Dieu venu féconder une nouvelle création. Cette nouvelle création fut opérée dans l'Arche qui conservait les germes et principes de toute créature sous la forme de couples d’animaux, faisant ainsi le type des essences spiritueuses originellement conservées au centre du chaos ou de la couche glorieuse engendrée par les six pensées créatrices de l'Eternel et le Verbe du Christ architecte. Dieu conclut alors à cette époque sa première alliance avec l'homme, signe d’une réconciliation universelle et d’une bienveillante protection des sept esprits majeurs angéliques figurés par les sept couleurs de l’arc-en-ciel qui vint manifester cette réconciliation. Noé et ses fils eurent alors une postérité innombrable qui vint séjourner sur la nouvelle terre. Martinès nous dit dans le Traité à ce sujet :

« La colombe qui sortit, voltigea pour la première fois autour de l'arche et vint se reposer dessus, est la vraie figure de l'esprit angélique divin qui dirigeait et conservait l'arche et tout ce qu'elle renfermait et qui faisait part à Noé de la volontédu Créateur, touchant la manifestation de sa justice. » (Traité, 135)

 

Le second déluge sera de feu, du feu de l'Esprit qui viendra purifier tous les corps de matière, vivants et morts, lors du second avènement de Notre Seigneur Jésus-Christ. Ainsi Martinès écrit-il :

« Quelque juste que soit le mineur devant le Créateur, il faut toujours qu'il soit purifiépar le feu spirituel de la souillure qu'il a contractée par son séjour dans une forme de matière, quand bien même il aurait rejetétoutes les attaques que le mauvais intellect aurait voulu lui porter. »  (Traité, 140)

 

C'est ce feu spirituel, et non élémentaire, qui viendra spiritualiser tout corps, toute chair, et ressuscitera alors ces mêmes corps dans leur forme glorieuse. Ces corps, alors débarrassés des éléments matériels qui leur sont étrangers, recouvreront leur seul habit qui est la lumière, lumière qui restait jusqu'à présent voilée et occultée par des vêtements de peau élémentaire, alors que les éléments matériels seront quant à eux réintégrés dans leurs principes après le retrait, dans le sein des esprits ternaires de l'axe incréé,du véhicule de feu qui les maintenait dans leur composition et leur cohésion. Ce feu spirituel nous a été présenté en figure par la descente de l'Esprit Saint selon la Nouvelle Alliance comme prémices du feu à venir.

 

apocalypse-0b91bCes mêmes deux déluges adviennent sur tout homme dans la réception du sacrement baptismal, par l'eau qui lave et purifie l'âme et le corps, et l'Esprit Saint qui vient dans sa descente donner l'onction sanctificatrice et vivifiante au mineur spirituel et à son enveloppe corporelle. Ainsi, par ce sacrement, le déluge d'eau est actualisé et celui de feu est donné en arrhes du dernier feu, comme il fut donné aux douze par la descente de l'Esprit Saint ; car les temps sont déjà venus depuis la nouvelle et dernière réconciliation universelle opérée sur le bois de la croix par notre divin Réparateur versant de son côté transpercé l'eau et le sang de la régénération universelle.


 

Publié dans Divers

Commenter cet article