Chair originelle, chair déchue et chair ressuscitée (2/4)

Publié le par Esh494

Sommeil d'AdamNous avons dit que par son souffle le Créateur dota Adam d’une âme qui devait, comme toute âme, l’animer et lui donner vie. Mais de quelle vie parle-t-on ?

 

Comme nous l’avons vu, assurément pas de la vie animale. Mais remarquons que la vie est nécessaire au corps, même au corps de gloire. Ce corps de gloire devait permettre à Adam d’actionner sur toutes les formes de la création. En effet, les formes corporelles étant dépourvues d’esprit ne pouvaient lire dans le mineur et agir suivant sa volonté. Aussi fallait-il que le mineur puisse agir sur elles par un organe de nature semblable à la leur.

 

De plus Adam, bien qu’émancipé, demeurait un être pensant et pouvait par cette faculté lire, avec le consentement de son créateur, dans la pensée divine, ainsi que dans celle du démon. Les esprits inférieurs ayant quant à eux été altérés dans leur puissance,  soit par leur prévarication directe à la suite de leur chef démoniaque, soit par leur émancipation dans le monde consécutive à la prévarication des esprits déchus, ne pouvaient jouir plus longtemps d’une communication directe avec l’esprit mineur ou Adam qui leur était devenu supérieur, mais seulement par l’intellect qui leur servait d’organe. Cet intellect agissant ou faisant impression sur les sens spirituels d’Adam communiquait alors au mineur quaternaire leur volonté. C’est donc bien par l’organe de son âme et des sens spirituels qui en sont comme les portes, qu’Adam pouvait ainsi communiquer et recevoir impression, tant qu’il l’autorisait, des esprits qui lui étaient inférieurs et agir de même avec ou contre ces mêmes esprits. Voici donc quelle était l’âme d’Adam et la sorte de sens spirituels dont elle était dotée et dont les sens matériels de l’homme déchu ne sont que l’image dégradée.

Dans une instruction au temple de Lyon, en date du 18 septembre 1776, Jean-Baptiste Willermoz fait allusion à ces mêmes sens spirituels en ces termes :

« L'homme établi par le Créateur Homme Dieu de la terre occupait le centre de la Création universelle d'où il exerçait sa puissance. Du centre céleste il fut précipité dans le centre terrestre et vint ensuite ramper sur sa surface, son corps glorieux fut transmué en un corps matériel qui devint sa prison et obstrua pour ainsi dire tous ses organes spirituels dont les sens matériels sont l'image. »[1]

 

Martinès parlant d’Abel, premier réconciliateur de la postérité d’Adam et premier type du Christ, évoque lesdits sens spirituels dans le Traité par ces quelques mots :

« Il [Adam] nomma cet enfant Aba 4, qui veut dire : enfant de paix, ou Abel 10, qui veut dire : un être élevé au-dessus de tout sens spirituel. » (Traité, 55)

 

Pourquoi devons-nous nous demander, Martinès qualifie-t-il Abel « d’être élevé au-dessus de tout sens spirituel » ? En effet, si nous considérons que ce sont ces mêmes sens qui donnèrent la vie spirituelle à Adam - ce qui est retracé au grade d’apprenti symbolique par le dévoilage progressif du candidat au centre des six circonférences alors qu’il reçoit progressivement l’usage de ses vertus et puissances corporelles et sensibles qui le sortent de l’aveuglement spirituel lié à son émancipation, cécité qu’il représente en tenant ses poings fermés sur les yeux – comment un être créé peut-il alors s’élever au-dessus de cette vie spirituelle ?

 

La réponse nous est donnée par Martinès qui considère Abel comme un type du Christ ayant donc reçu l’Esprit du Christ, c’est à dire Hely, et portant donc le nombre divin 10. Il était donc pleinement participant des pensées du Père dont Hély est l’expression même.

« Abel était encore un type bien frappant de la manifestation de gloire divine, qui s'opérerait un jour par le vrai Adam, ou Réaux, ou le Christ, pour la réconciliation parfaite de la postérité passée, présente et future de ce premier homme » (Traité, 57)

 

Cette parenthèse fermée, il nous faut enfin considérer que si ces sens spirituels furent le vecteur de la vie spirituelle d’Adam ils furent aussi le vecteur de sa mort spirituelle car c’est par ces mêmes sens qu’Adam put recevoir impression de la volonté du Tentateur.

 

En effet, si l’homme déchu dans le monde d’apparence matérielle est actuellement exposé à l’action des esprits démoniaques qui actionnent sur son corps et ses sens, nous ne pouvons douter qu’Adam puisse avoir été la proie de Satan par le moyen de ces mêmes sens, c'est-à-dire de son âme. Et que pour faire impression sur cette âme et la tromper, c'est-à-dire l’écarter des intellects bons et de la pensée du Créateur, Satan dut user de toute sa ruse et des moyens qui étaient en sa possession. C’est ce qui nous est relaté dans le Traité quand Martinès nous enseigne que :

« Dès qu'il [Adam] eut conçu cette pensée [de lire dans la pensée de son créateur sans autorisation, et donc de la violer], un des principaux esprits pervers, que nous nommons mauvais démons, apparut à lui sous la plus belle forme apparente de corps de gloire. » (Traité,12)

 

Le démon quant à lui, affaibli dans ses puissances spirituelles par sa prévarication, et dont l’action était maintenant contenue dans les bornes de la création, ne pouvait plus quant à lui rentrer en communication directe avec tout être spirituel, et donc avec le mineur quaternaire d’Adam, mais seulement en faisant impression sur ces mêmes êtres spirituels. Ne pouvant donc plus actionner directement sur le mineur, il fallait qu’il trouve un réceptacle qui puisse aussi être l’organe de sa pensée et de sa volonté malignes et sur lequel il puisse donc faire impression. Et cet organe est l’âme du mineur. Ceci nous est confirmé par Martinès qui écrit :

« L'âme mineure est l'organe de l'intellect ; l'intellect est l'organe de l'esprit majeur, et l'esprit majeur est l'organe du Créateur divin. » (Traité, 64)

 

C’est donc bien  par cette âme qu’Adam put recevoir impression de la volonté ou intellect démoniaque autant qu’il la laissa s’insinuer en lui, ce qui fut l’origine de sa prévarication. Cette âme ainsi impressionnée influença alors le libre arbitre d’Adam et vint troubler la lecture de l’esprit et affecter la volonté et l’action du mineur quaternaire. C’est ainsi qu’Adam, bien que conservant toutes ses facultés d’être pensant, devint pensif par sa sujétion à l’action de l’intellect démoniaque, ce que nous apprend Martinès en ces termes :

« C'est en se rendant susceptible de la communication de ces sortes d'intellects bons ou mauvais que le premier homme a dégénéré de sa faculté d'être pensant. Lorsque Adam était dans son premier état de gloire, il n'avait pas besoin de la communication de bons ni de mauvais intellects pour connaître la pensée du Créateur et celle du prince des démons. Il lisait également dans l'une et dans l'autre, étant entièrement pensant. Mais lorsqu'il fut laissé seul à ses propres vertus, puissance et volonté libre, il se rendit, par son orgueil, susceptible de communication ou bonne ou mauvaise, et devint par là ce que nous nommons pensif. » (Traité,29)

 

Pour arriver à faire impression sur l’âme d’Adam, sans que celui-ci n’ait pu déceler au préalable l’intention maligne de la pensée mauvaise du démon, Adam dut certainement subir quelque choc altérant ses facultés spirituelles. Martinès fait mention d’un trouble s’emparant d’Adam qui, laissé à sa propre réflexion après son émancipation et considérant l’immense puissance dont il était maintenant maître, conçut de s’émanciper encore d’avantage en lisant seul, sans autorisation, dans la pensée du Créateur et ainsi violant cette pensée afin de pénétrer intégralement les mystères divins. Ainsi le Traité nous enseigne :

« Adam, étant livré à son libre arbitre, réfléchit sur sa grande puissance manifestée par ses trois premières opérations [sur toute la création et les êtres y contenus].Il envisagea son travail comme étant presque aussi grand que celui du Créateur ; mais ne pouvant de son chef approfondir parfaitement ses trois premières opérations ni celles du Créateur, le trouble commença à s'emparer de lui au milieu de ses réflexions sur la toute-puissance divine, dans laquelle il ne pouvait lire qu'avec le consentement du Créateur, selon qu'il lui avait été enseigné par les ordres que le Créateur lui avait donnés lui-même d'exercer ses pouvoirs sur tout ce qui était à sa domination, avant de le laisser libre de ses volontés. » (Traité, 12)

 

Le trouble s’étant ainsi installé dans Adam et ayant altéré son acuité et ses sens spirituels, le chef des démons en profita alors pour insinuer dans Adam son esprit mauvais afin de faire tomber Adam en tentation et l’amener à la prévarication. Martinès écrit alors :

« Les réflexions d'Adam, ainsi que la pensée qu'il avait eue de lire dans la puissance divine, ne tardèrent pas d'un instant d'être connues des premiers esprits pervers que nous nommons mauvais démons, puisque dès qu'il eut conçu cette pensée, un des principaux esprits pervers apparut à lui sous la forme apparente de corps de gloire, et s'étant approché d'Adam, il lui dit : "Que désires-tu connaître de plus du tout-puissant Créateur ? Ne t'a-t-il pas égalé à lui par la vertu et la toute-puissance qu'il a mises en toi ? Agis selon ta volonté innée en toi, et opère en qualité d'être libre, soit sur la Divinité, soit sur toute la création universelle qui est soumise à ton commandement. Tu te convaincras pour lors que ta toute-puissance ne diffère en rien de celle du Créateur. Tu apprendras à connaître que tu es non seulement créateur de puissance particulière, mais encore créateur de puissance universelle ainsi qu'il t'a été dit qu'il devait naître de toi une postérité de Dieu. C'est du Créateur que je tiens toutes ces choses, et c'est par lui et en son nom que je te parle." A ce discours de l'esprit démoniaque, Adam resta comme dans l'inaction, et sentit naître en lui un trouble violent, d'où il tomba dans l'extase. » (Traité, 12-13)

 

Il est significatif que, pour arriver à ses fins, Satan attendit que l’âme d’Adam fût troublée et que celle-ci put alors dans cet état de faiblesse être l’objet d’une influence forte opérée par le chef des démons. Cette influence est présentée comme une apparition de Satan sous une forme de corps glorieux qui mit Adam dans un état d’extase. Il est important de reconnaître que si l’âme d’Adam n’avait pas été préalablement troublée, jamais Adam ne serait tombé en extase à la vue d’un corps glorieux qui ne pouvait de toute évidence être qu’une supercherie étant donné que les corps glorieux ne devaient tirer leur existence que de la coproduction d’Adam avec l’Eternel d’une postérité glorieuse, ainsi qu’il lui avait été promis par le Créateur. Mais les sens spirituels d’Adam ayant été affectés, Adam se laissa alors impressionner et abuser de sorte que l’esprit démoniaque put faire impression sur son âme sans défense alors même qu’il aurait dû lire directement l’intention de tromperie dans l’esprit du prince des ténèbres.

 

 Les Saintes Ecritures nous présentent cet épisode d’une façon bien différente, voilant aux yeux de la multitude le sens profond qu’elles véhiculent. Ainsi est-il écrit dans le livre de la Genèse :

« Le Seigneur Dieu dit aussi : “Il n’est pas bon que l’homme soit seul ; faisons-lui une aide semblable à lui“. Le Seigneur Dieu ayant donc formé de la terre tous les animaux terrestres, et tous les oiseaux du ciel, il les amena devant Adam, afin qu’il vît comment il les appellerait. Et le nom qu’Adam donna à chacun des animaux est son nom véritable. Adam appela donc tous les animaux d’un nom qui leur était propre, tant les oiseaux du ciel que les bêtes de la terre. Mais il ne se trouvait point d’aide pour Adam, qui lui fût semblable. » (Gen. 2, 18-20)

 

Martinès se réfère au récit biblique en évoquant, comme nous l’avons mentionné, les trois opérations qu’effectua Adam à la demande de son créateur, opérations sur le particulier, le général et l’universel qui permirent à Adam de recevoir la loi, le précepte et le commandement. Car le fait de donner un nom permet de définir et le rôle et la nature des choses donc leurs lois et préceptes. Et ce nom donné permet aussi de commander à toute créature. Mais à la fin du récit biblique il est aussi mentionné qu’Adam ne trouve pas d’aide qui lui soit semblable. Ainsi, l’Ecriture nous enseigne que la puissance d’Adam se limitait à tout être créé dont il pouvait disposer mais que cette puissance ne lui donnait aucun pouvoir de création d’être spirituel ou humain ou de génération de forme glorieuse. Ainsi Adam constata-t-il que ses pouvoirs étaient bornés alors même que ceux du Créateur ne l’étaient point. Et qu’en particulier l’extension de ses pouvoirs ne pouvait s’opérer qu’avec le consentement de l’Eternel. D’où, selon Martinès, le trouble qui envahit Adam.

 

Le récit de la Genèse se poursuit ainsi :

« Le Seigneur Dieu envoya donc à Adam un profond sommeil ; et lorsqu’il était endormi, il tira une de ses côtes, et mit de la chair à la place. Et le Seigneur Dieu forma la femme de la côte qu’il avait tirée d’Adam, et l’amena à Adam. Alors Adam dit : Voilà maintenant l’os de mes os, et la chair de ma chair. Celle-ci s’appellera d’un nom qui marque l’homme, parce qu’elle a été prise de l’homme. (Gen. 2, 21-23)

 

Mais pouvons-nous maintenant assimiler ce sommeil au trouble mentionné par Martinès ?

 

L’exégèse des Pères de l’Eglise est bien différente, considérant dans ce sommeil et la formation d’Eve, la préfiguration du sommeil du Christ sur la croix et la résurrection de la chair, formée par Dieu sur l’os, ainsi que la naissance de l’Eglise auprès du Christ. Eve est donc bien cette chair d’Adam qui porte en elle la sensibilité, l’imaginaire, l’intuition spirituelle, la vision de l’intérieur donc les sens spirituels c’est à dire les facultés supérieures de l’âme. Mais Eve est aussi l’image de la faculté créatrice d’Adam, de son potentiel de génération de postérité humaine et donc de corps glorieux, tel qu’il avait été voulu par le Créateur quand il disait qu’il n’était pas bon que l’homme soit seul.

 

Martinès ne développe pas la création d’Eve[2] mais exprime cependant clairement que c’est par le trouble de l’âme que Satan put faire impression sur Adam de même que c’est dans le sommeil qu’Eve fut créée et que c’est par Eve que le serpent vint tenter et faire chuter Adam dans le récit de la Genèse. Et Saint Paul de nous apprendre que « Satan même se transforme en ange de lumière »[3]  fait ainsi le lien entre le récit biblique et celui du Traité.

 

Aussi à bien y regarder, nous pouvons déceler quelques correspondances certaines entre le trouble et l’extase mentionnés par Martinès et le sommeil biblique d’Adam.

 

Ce qui pourrait paraître pour une disgression nous permet seulement de bien considérer qu’Adam émancipé était formé d’un corps et d’une âme dans lesquels vivait l’esprit, ou mineur quaternaire, et qui constituaient sa véritable nature humaine et non pas simplement spirituelle. Que cette nature en faisait sa vraie grandeur et le plaçait au-dessus de tous les esprits de la création sur lesquels il avait pouvoir de commandement, ce qui nous est figuré dans les Ecritures par le pouvoir qu’il avait de nommer tous les oiseaux du ciel. Que c’est par ce corps et cette âme qu’Adam exprimait ainsi toute sa puissance mais aussi sa vulnérabilité à l’attaque des esprits malins. Et que si Adam jouissait de tous les pouvoirs liés à son émancipation par l’effet de ce corps et de cette âme, il est fondamental pour recouvrer cette gloire passée que l’homme, héritier et descendant d’Adam, puisse jouir après la mort et par la résurrection de son âme et de son corps ressuscités qui restaureront sa grandeur originelle.

 

[1] Robert Amadou, Les Leçons de Lyon aux Elus Coens – Editions Dervy – 1999

[2] Il ne faut pas confondre la création d’Houva relatée dans le traité avec la création d’Eve. Houva est le résultat de la prévarication d’Adam et non pas l’organe de cette prévarication.

[3] 2Co. 11, 14

Publié dans Doctrine

Commenter cet article

Smaragdus 27/02/2014 13:02


Bonjour mon frère,


Depuis le "1" Janvier nous voici bloqués sur le "2" de ce beau commentaire.


Alors, comme Paillasse déchiré dans sa chair, j'implore : "Pietà, pietà, Signore... Pietà !!" 


A quand le passage au "3"... et même - Ô sainte Espérance - au "4" ?





Bien fraternellement.

A Tribus Liliis 11/12/2013 01:05


Tout ceci est d'une grande clarté. 

Merci !